Vous pouvez considérer un chœur comme une énorme source sonore qui produit un son sur une distance allant parfois jusqu’à plusieurs dizaines de mètres, ce qui pose des problèmes particuliers lorsqu’il s’agit de l’enregistrer. Par exemple, comment s’assurer que tout le monde soit entendu sur les enregistrements, tout en faisant en sorte que le chœur soit toujours perçu comme un tout ? Dans cet article, je vais vous expliquer comment en plaçant deux ou trois micros judicieusement vous pourrez réaliser un enregistrement stéréo équilibré et intelligible d’un chœur !

Comment enregistrer un chœur

Quels micros ?

Les micros à condensateur sont généralement un meilleur choix que les micros dynamiques lors de l’enregistrement d’un chœur. En effet dans cette situation, les micros sont souvent installés de manière beaucoup plus éloignée que si vous deviez enregistrer un ou plusieurs solistes. Les micros à condensateur offrent couramment un son plus naturel que les micros dynamiques lorsqu’ils sont placés à distance. Dans la famille des micros à condensateur, les modèles à petite membrane sont les plus adaptés pour l’enregistrement d’un chœur, car ce type de micro est également capable d’enregistrer des sons latéraux sans trop de coloration. Les micros à large membrane sont traditionnellement moins performants de ce point de vue. Conseil supplémentaire : les micros à ruban peuvent également fonctionner parfaitement avec un chœur.

Définition et couverture

Trouver l’équilibre parfait entre la définition et la couverture est l’essence même de l’enregistrement d’un chœur. Plus vous éloignez les micros du chœur, plus le chœur sonnera comme un tout. L’inconvénient est qu’il sonne aussi de plus en plus flou. Si vous placez les micros très près du chœur, vous obtenez une meilleure définition. En d’autres termes, vous pouvez comprendre chaque mot. Le seul risque ici est que vous concentriez trop les micros sur un petit groupe de chanteurs et que le reste du chœur tombe dans l’oubli. Dans ce cas, vous ne disposez pas d’une couverture suffisante. Je décris ci-dessous, étape par étape, comment maîtriser à la fois la couverture et la définition.

Configuration simple des micros

Avec un chœur de petite envergure, vous pouvez utiliser une configuration X-Y :

Comment enregistrer un chœur

Une configuration ORTF vous donne une couverture un peu plus étendue et une image stéréo plus :

Comment enregistrer un chœur

Pour les chœurs de grande envergure, vous remarquerez rapidement que le chœur n’est pas tout à fait équilibré. Les chanteurs au centre sonnent plus fort que ceux à l’extrême gauche et à l’extrême droite. Vous pouvez résoudre ce problème en plaçant les micros plus loin les uns des autres. Dans ce cas, vous obtenez une configuration A-B :

Comment enregistrer un chœur

Dans notre article concernant le placement des micros pour une prise de son stéréo, vous pourrez lire en détail comment chaque configuration fonctionne !

Configuration A-B : problèmes de phase et règle du 3:1

Avec une configuration A-B, des problèmes de phase peuvent survenir. En effet, les capsules ne sont pas superposées l’une au-dessus de l’autre comme dans une configuration X-Y. Dès qu’un son n’arrive pas aux deux micros au même moment certaines fréquences peuvent s’annuler l’une l’autre. Le résultat est un son filtré et non naturel. Cet effet est connu sous le nom d’effet de filtrage en peigne. Dans ce cas, les problèmes de phase peuvent être largement évités grâce à la règle dite du 3:1. L’objectif est de s’assurer que les micros captent le moins possible les mêmes sons. Pour ce faire, il faut rendre la distance entre les micros au moins trois fois plus grande que la distance entre chaque micro et la source sonore la plus proche. Avec une configuration A-B classique, les chœurs de grande envergure n’auront pas encore une couverture suffisante. Dans ce cas, vous pouvez ajouter un micro. Là encore, vous pourrez éviter les problèmes de phase grâce à la règle du 3:1.

Directivité

Dans une configuration A-B, vous pouvez également expérimenter en utilisant des directivités différentes. Avec deux micros cardioïdes, vous avez une image stéréo large et vous entendez relativement peu l’acoustique de la salle. Avec deux micros omnidirectionnels, l’image stéréo devient légèrement plus étroite car les micros captent davantage les mêmes sources sonores. De plus, le son sera beaucoup plus ample et la réponse en fréquence sera d’autant plus cohérente que l’on s’éloignera du micro.

À quelle hauteur placer les micros ?

Le déséquilibre qui peut se produire si vous placez les micros trop près du chœur. Il peut également se produire si le chœur est composé de plusieurs rangées. Il peut arriver que le premier rang sonne beaucoup plus fort que le dernier. En plaçant les micros en hauteur, vous réduisez considérablement la différence de distance jusqu’au micro entre la première et la dernière rangée. Cela peut signifier que vous devez hisser les micros à environ trois mètres de hauteur. Dans ce cas, il est indispensable de disposer d’une paire de supports overhead robustes.

Quel est le plus grand chœur que vous ayez déjà enregistré ? A quoi ressemblait votre installation de micros ? Partagez vos expériences dans les commentaires ci-dessous !

Voir également

» Ronflements, ronflettes : comment les éviter !
» La différence entre les micros dynamiques et les micros à condensateur
» Le placement des micros pour une prise de son stéréo

» Micros à condensateur petite membrane
» Pieds de micro à perche
» Pieds de micro overhead
» Tous les micros & accessoires
» Tous les produits Studio & Enregistrement

2 réactions
  1. DEWINTE dit :

    Voilà un des meilleurs résumés que j’aie trouvé sur le sujet. Bravo et Merci!
    Remarque : petite erreur pour le deuxième exemple de placement des micros. Le couple à 110° / 17cm (ORTF) est une configuration A-B (et non pas X-Y comme indiqué.

Laisser un commentaire