‘ingénieur du son Frank de Jong constate que de nombreux musiciens et d’ingénieurs du son oublient les bases de l’enregistrement. Même si vous choisissez un micro haut de gamme, il ne fait pas tout. « Le choix du micro ne détermine que dans une faible mesure le son de l’enregistrement. Il y a d’autres facteurs beaucoup plus importants qui entrent en jeu : la source sonore, l’acoustique, la préamplification et aussi la préparation de chaque enregistrement. »

Enregistrement avec un micro ? Cartographie de la chaîne audio !

Chaîne audio

Enregistrer de la musique, c’est surtout penser de manière logique et structurée. Chaque partie du processus d’enregistrement doit s’intégrer et s’emboîter. Cette « chaîne audio », c’est-à-dire les maillons successifs de l’ensemble du processus d’enregistrement, doit d’abord être cartographiée. Quelle est la source sonore, comment est-elle enregistrée, où va-t-elle et comment sonne-t-elle au final ? Selon l’ingénieur du son Frank de Jong, c’est l’un des aspects essentiels de l’enregistrement : « Souvent, la chaîne audio n’est pas prise en considération lors de la pré-production, parce qu’on a un ensemble d’équipements fixes ou qu’on y pense trop peu. Mais chaque élément doit être relié l’un à l’autre. » La cartographie de la chaîne audio fait partie de la phase de pré-production et, selon l’expérience de Frank, trop peu de temps y est consacré. « La pré-production est à mon avis l’aspect le plus oublié de l’enregistrement. Tout le cycle d’enregistrement, la technique et l’équipement que vous voulez utiliser, doivent être bien présents dans votre tête avant de commencer à enregistrer. Cela nécessite une bonne préparation et constitue la base de tout enregistrement. Beaucoup d’ingénieurs du son pensent trop à la technique ou à l’ingénierie et trop peu à la musique. Cependant, vous faites d’abord un enregistrement pour les autres. La technique est toujours secondaire par rapport à la musique. La musique est le point de départ. » Frank pense que la pré-production comprend également un calendrier et une liste d’instruments et de noms de musiciens pour bien communiquer. De plus, une liste avec la sélection des micros et autres équipements techniques est nécessaire. « Ayez une idée précise du lieu où vous voulez enregistrer les sources sonores. Faites un tableau de chaque piste pour que vous sachiez toujours exactement ce que vous avez. »

Trois qualités

« Bien entendu, vous devez aussi savoir à l’avance quel son vous voulez créer ou ce que le groupe veut entendre et comment vous pouvez y parvenir. Veillez également à trouver des idées pour expérimenter en toute liberté, mais sans nuire aux musiciens. Un bon ingénieur du son a trois qualités importantes : le talent technique, la créativité et les compétences relationnelles. » Quelle que soit la qualité de votre préparation, et même si vous savez exactement ce que vous allez faire, tout peut changer pendant l’enregistrement à proprement parler. « Tout d’abord, tout tourne autour de la performance des musiciens dans le studio. C’est la priorité ! La bonne note et le bon groove sont essentiels. Quelle que soit la technique utilisée, l’ensemble de l’enregistrement sera sans valeur si la performance est mauvaise. Par conséquent, l’ingénieur du son doit être flexible. Si un batteur est habitué à une certaine configuration avec laquelle il se sent à l’aise ou joue d’une manière qui nuit à la prise de son, alors ce n’est pas le batteur qui devra s’adapter, mais l’ingénieur du son qui doit trouver des solutions, par exemple en expérimentant d’autres positions ou techniques de micro. Il s’agit de saisir la meilleure performance. Une bonne ambiance dans le studio est donc particulièrement importante. »

Source sonore

Le premier élément de la chaîne audio est la source. La source sonore se compose du son de l’instrument ou de la voix du chanteur et de l’espace autour du micro. L’acoustique du lieu a une grande influence sur l’enregistrement. « Le choix du micro est en fait d’une importance mineure et ne détermine que 5 % de l’enregistrement audio. Cependant, beaucoup d’artistes se fixent trop sur le micro. La source et d’autres facteurs sont plus importants. Lorsque vous enregistrez une mauvaise voix avec un micro à 3 000 euros, vous entendez en fait beaucoup mieux à quel point la voix est mauvaise. Si vous enregistrez une voix fantastique avec un micro bon marché, elle sonne toujours beaucoup mieux. Il faut donc que la source sonore soit de qualité, par exemple un bon son de guitare ou une voix sans fausse note. » L’acoustique de la salle est toujours différente et la position de la source sonore et du micro détermine fortement le son. Ces facteurs ont une plus grande influence sur le son que le choix du micro. Vous pouvez changer la position de la source sonore et du micro dans la pièce ou faire des expériences dans différentes pièces. « Trouvez le bon son. Même avec un micro bon marché, vous pouvez enregistrer un bon son si vous savez où le placer ou si vous savez comment utiliser l’espace à bon escient. Jouez donc avec les différentes positions des micros et l’acoustique de la pièce. »

Décision réfléchie

Bien que le micro n’ait pas l’influence la plus importante sur le rendu audio, il est important de faire un bon choix de micro pour que vous finissiez par créer le meilleur son souhaité. « Vous devez donc connaître un certain nombre de choses sur le micro que vous voulez ou allez utiliser. Sachez à quelle distance vous devez placer ce micro spécifique, quelle est sa couleur sonore et sous quel angle vous devez le placer. L’angle détermine la couleur du son. Vous ne pouvez pas vous contenter de faire cela, il faut que ce soit une décision réfléchie. Chaque instrument nécessite également une position spécifique. Si vous voulez aussi entendre les clés d’un saxophone, dirigez le micro sur le pavillon. » Lorsque l’on place le micro, il y a aussi une chose telle que le rapport de réflexion directe. C’est la réflexion du son dans l’espace et des instruments. Tenez-en compte lorsque vous placez le micro. De plus, lors de la sélection du micro, la directivité est importante. Cette caractéristique indique la sensibilité d’un micro à un certain angle et à une certaine distance de l’endroit d’où provient le son. Une distinction est faite entre une directivité omnidirectionnelle, bidirectionnelle (figure en 8), unidirectionnelle, cardioïde, semi-cardioïde, supercardioïde et hypercardioïde. Elles ont toutes un schéma de sensibilité différent. « Chaque directivité possède également une couleur sonore typique. Si vous avez un micro à plusieurs directivités, vous pouvez expérimenter les directivités et la couleur du son. »

Équilibré

Toute personne utilisant un bon micro doit également disposer d’un bon préampli pour pleinement rendre justice à la qualité du micro. « Il faut que tout soit équilibré. Le maillon le plus faible du processus d’enregistrement détermine en fin de compte la qualité du son. Regardez donc bien où se trouve le maillon le plus faible. Le préampli et le micro doivent être en équilibre. Le convertisseur AN, en revanche, a un petit effet sur l’enregistrement. La plupart des convertisseurs AN sont bons ou assez bons et j’ai moi-même du mal à entendre la différence. De plus, le DAW a peu d’effet sur la qualité audio. Il ne se charge pas d’enregistrer, mais de mixer le son. Donc, vous n’aurez pas un meilleur résultat dans Logic Pro. » D’autre part, selon Frank, il faut être prudent avec le traitement initial qui précède le convertisseur NA. Vous ne devez utiliser un EQ ou un compresseur que si vous êtes expérimenté, car vous ne pourrez pas changer le son par la suite. Enfin, pour entendre le son de l’enregistrement correctement, de bonnes enceintes de monitoring sont impératives, mais bien sûr elles n’ont aucun effet sur l’enregistrement audio lui-même.

Voir également

» Micros USB
» Micros de studio
» Micros de scène
» Tous les micros & accessoires

» Comment choisir sa bonnette anti-vent et son filtre anti-pop ?
» Quel est le meilleur micro Android / iOS ?
» Quel est le meilleur micro pour instrument ?
» Quel est le meilleur micro caméra ?
» Quel est le meilleur pied de micro ?
» Quel est le meilleur micro pour le chant/les discours ?
» Quel est le meilleur micro USB ?
» Quel est le meilleur micro de studio ?
» Quel est le meilleur micro sans fil ?
» Quelle est la meilleure suspension antichoc ?

» Qu’est-ce que la directivité ?
» À quel volume dois-je enregistrer ?
» Comment prévenir la diaphonie (« mic bleed ») lors de vos enregistrements
» Voici comment brancher un micro sur votre ordinateur
» Besoin d’alimentation fantôme ? Voici quelques astuces !
» Comment enregistrer un chœur
» Quel est le meilleur logiciel DAW pour les débutants ?
» La distorsion : est-elle la bienvenue ?
» Qu’est-ce qu’un micro à électret ?
» Ronflements, ronflettes : comment les éviter !
» Avantages et inconvénients des micros à ruban
» Enregistrer sa musique : chez soi ou en studio d’enregistrement ?
» Lancer un podcast : quel équipement utiliser ?
» La différence entre les micros dynamiques et les micros à condensateur
» Comment corriger ou prévenir les problèmes de phase en studio ?
» Comment enregistrer le piano ?
» Le placement des micros pour une prise de son stéréo
» Enregistrer une batterie : une tâche assez complexe
» Enregistrer et amplifier sa voix

Pas de réponse

Pas encore de commentaires ...

Laisser un commentaire