La trompette est un instrument de musique à vent qui existe depuis très longtemps. Elle est incontournable dans la musique classique, mais aussi dans le jazz. Il existe d’ailleurs de nombreuses chansons pop avec des cuivres dedans. Et là on retrouve presque toujours des trompettes. Sur ce blog, nous vous parlons de l’histoire, de l’anatomie, des divers types, de joueurs et de techniques de jeu de cet instrument populaire mais relativement dur à jouer.

Trompette : types, histoire et technique de jeu

Mélodie

La trompette est un instrument de musique à vent de la famille des cuivres. L’histoire de cet instrument remonte à l’Antiquité. Aujourd’hui, la trompette est utilisée dans de nombreux genres musicaux, comme la musique classique, le jazz ou encore la pop. Dans le jazz, on la retrouve généralement dans les bigbands et des groupes relativement petits. Dans la musique pop, la trompette fait souvent partie de la section de cuivres, avec un saxophone et un trombone, par exemple. Au sein d’une section de cuivre, la trompettiste s’occupe généralement des notes les plus aiguës, soit les mélodies. « L’avantage de la trompette est qu’elle est très polyvalente », dit le trompettiste Erik Veldkamp. « Pour moi, la trompette est comme la voix humaine. Elle me permet de réaliser tous les sons imaginables et d’y mettre de l’émotion. La trompette permet de jouer extrêmement haut et fort, mais aussi de manière lyrique et douce. J’aime beaucoup ce côté polyvalent. Si je répète à la maison, je joue surtout des pièces et des exercices classiques. Mais lors des concerts, je joue généralement comme première trompette solo et des improvisations orientées jazz. » Erik Veldkamp joue de la trompette dès son plus jeune âge et fait partie des meilleurs trompettistes solo hollandais du moment. Veldkamp joue en tant que première trompette solo au sein de l’orchestre The Glenn Miller Orchestra, et il travaille en free-lance avec divers orchestres aux Pays-Bas et à l’étranger. Au début de ses études au conservatoire, il est passé de la musique classique à de la musique plus légère. Professionnellement, il a également choisi la musique légère. « Je n’ai jamais voulu jouer dans un orchestre classique, puisqu’en tant que trompettiste au sein d’un orchestre classique il faut attendre beaucoup. Dans mon bigband, mon rôle est beaucoup plus grand, on est une sorte de maître de concert. »

Trompette : types, histoire et technique de jeu
(photo : Jelmer de Haas)

Écorce d’arbre et coquillages

D’abord, un peu d’histoire. L’origine de la trompette, nous l’avons dit, est très ancienne. Ainsi, certains précurseurs de la trompette sont apparus 2 000 ans avant Jésus-Christ. La trompette est probablement née des premiers instruments qui étaient fabriqués à partir de coquillages et de tubes creusés. Pour la fabrication de ces instruments, on utilisait de l’écorce d’arbre, des coquillages, de l’ivoire creusé, des os, des branches ou encore du bambou. Cet instruments furent traditionnellement utilisés pour accompagner des cérémonies et toutes sorties de rituels, ou encore pour transmettre des messages. La Bible fait partie des livres les plus anciens à mentionner des trompettes. En réalité, c’étaient des buisines : des trompettes droites argentées d’environ 50 centimètres de long. Les anciens Égyptiens avaient des instruments similaires. Au début du Moyen Âge, la trompette se faisait de plus en plus rare en Occident. Par contre, dans le monde de l’Islam, on la retrouvait encore à cette époque. Et c’est dans le 10e et le 11e siècle que l’on assiste à un retour de la trompette en Europe. Vers l’an 1300, la trompette était l’instrument le plus important qui soit en temps de guerre, ainsi que lors de fêtes et de soirées. À cette époque, on écrivait déjà de la musique polyphonique pour les instruments à vent. Les trompettes courbées dont les tubes mesurent jusqu’à deux mètres de long sont nées au 15e siècle. Elles étaient télescopiques au niveau de la bouche pour les rendre chromatiques, ce qui permettait de jouer n’importe quelle note. Avant, on ne pouvait jouer que des tons naturels sur une trompette.

Trompette : types, histoire et technique de jeu

Trompette péruvienne et trompette naturelle. À gauche, on voit un ancêtre de la trompette : une trompette péruvienne datant de l’an 300 après Jésus-Christ. La trompette naturelle (à droite) est un précurseur de la trompette qui dispose de pistons. Elle ne permet que de jouer des tons naturels. On retrouve cet instrument parfois dans la musique classique.

Doux et pur

Pendant la période musicale baroque (1600 à 1750), la trompette a beaucoup gagné en popularité. Pour avoir un bon équilibre sonore avec des violons par exemple, les trompettistes devaient apprendre à jouer doux et pur. Autrement dit, ils devaient améliorer leur technique de jeu. À cette époque, la trompette devenait de plus en plus légère, et sa sonorité devenait de plus en plus claire.À la fin du baroque, la trompette s’utilisait de plus en plus en tutti (avec d’autres instruments). Les trompettistes devaient apprendre à jouer en divers accordages, ce qui les obligeait à être plus inventifs et aux fabricants de développer de nouvelles trompettes. À cette époque, plusieurs inventions ont été réalisées dans ce domaine, mais souvent le son n’était pas bon. En 1815, les fabricants d’instruments allemands Stölzel et Blühmel ont réalisé une avancée majeure en équipant la trompette de pistons (voir le paragraphe sur l’anatomie de la trompette). Cette avancée avait une grande influence sur la conception de tous les cuivres. Grâce à ces pistons (la trompette en a trois), cet instrument pouvait être joué de manière chromatique, tout en conservant un bon son sur tout le spectre sonore. En 1839, le Français François Perinet a mis au point un piston rond et plus étanche à l’air. Le facteur d’instruments d’origine belge Adolphe Sax a également joué un rôle important dans le développement des instruments à vent. Il existe d’ailleurs plusieurs instruments similaires à la trompette, dont nous parlerons plus en détail ci-dessous. Jusqu’à présent, la trompette est couramment utilisée dans la musique classique. On la retrouve également beaucoup dans le jazz dès la naissance de ce style de musique au début du 20e siècle. Même chose pour la musique pop.

Niveau élevé

Est-il difficile d’apprendre à jouer de la trompette ? « La trompette est un instrument avec un niveau d’entrée plus élevé qu’un saxophone, par exemple », dit Erik Veldkamp. « Pour un débutant, il est plus facile de tirer un bon son d’un saxophone que d’une trompette. Avec une trompette, il faudra répéter davantage. Sur un saxophone, c’est la vibration de l’anche qui permet l’émission du son par mise en vibration de la colonne d’air contenue dans le corps de l’instrument. Sur une trompette, les lèvres doivent corriger la justesse des notes. Et cette technique demande du travail. Au début, vous serez épuisé après avoir joué seulement trois notes. » D’après Veldkamp, il faut répéter chaque jour. « Il est important de continuer à entraîner les muscles de vos lèvres. Comme je ne prends presque jamais de vacances, je suis toujours en forme. C’est agréable, surtout quand on est première trompette solo. » La première trompette solo joue à peu près le même rôle dans un bigband que le premier violon solo dans un orchestre classique. En effet, ils ont tous les deux un rôle principal. La première trompette solo a encore plus d’influence au niveau du timing et des phrasés. « Si tous les membres du bigband jouent ensemble (en tutti), la première trompette solo s’occupe de la mélodie », dit Erik Veldkamp. « Avec le batteur, cette trompette est responsable des phrasés, du swing et du son global. Ce n’est pas un rôle facile. « En tant que musicien, il faut avoir des idées claires et pouvoir les communiquer avec les autres membres. Vous devez respirer le calme et jouer de façon régulière pour faire savoir aux autres comment faire pour le timing et les phrasés. Parfois, je joue de la seconde ou de la troisième trompette. Dans ce cas, on suit la première trompette solo. C’est moins de pression mentale et moins de pression sur les lèvres. »

Jouer haut

Jouer de la première trompette solo, c’est aussi dur physiquement. « Avec une trompette, l’air doit passer à travers une colonne fine. La trompette et le hautbois sont les deux instruments à vent à avoir le plus petit trou. Cela met beaucoup de pression sur vous. Plus vous jouez des notes aiguës, plus l’instrument sera difficile à jouer. Avec les notes aiguës, un trompettiste doit faire un plus grand effort pour jouer juste. Dans le spectre bas, il est plus facile de trouver les bonnes notes. ». La première trompette solo s’occupe de la première voix, soit des notes les plus aiguës. « Il est donc important d’avoir une large plage de jeu et d’avoir de l’endurance. Si besoin, il faut être en mesure de jouer haut. Ce sont là les moments où la pression est la plus élevée. » Pour les cuivres, savoir jouer haut est le plus important. « Beaucoup de premières trompettistes solo peuvent naturellement jouer haut sans aucune difficulté », dit Erik Veldkamp. « Mais je ne sais pas ce qui en est la cause. J’ai essayé de trouver une explication pour ça. On pourrait penser que ça a quelque chose à voir avec la construction de ses lèvres. Mais je n’ai pas pu trouver des similarités anatomiques chez des trompettistes qui savent trouver des notes très aiguës sans aucun problème. Je pense que c’est surtout une question de discipline mentale. Le plus souvent, ils ont appris à adopter une bonne posture dès le début. »

Représentation mentale du son

Beaucoup de trompettistes ont du mal à jouer des notes aiguës. De plus, elles se trouvent toujours dans des passages clés, à la fin d’une pièce par exemple. Cela met encore plus de pression sur un trompettiste. À cause de cette pression, on respire différemment et on exerce trop de tension sur l’instrument. « Heureusement, j’ai toujours été en mesure de jouer ces notes aiguës », dit Veldkamp. « Mais à un moment donné, j’ai décidé de faire quelques recherches pour savoir comment jouer encore plus efficacement. Plusieurs trompettistes m’ont dit qu’ils avaient des difficultés avec les notes aiguës. Ils pensaient tous que seules les lèvres et la respiration importaient. Mais en réalité, c’est surtout une question mentale et musicale. Il faut se faire une représentation mentale de la note aiguë. Vous devez savoir à l’avance comment jouer cette note aiguë. Sinon, votre corps ne sera pas capable de la réaliser. C’est pareil quand on chante. Il faut d’ailleurs être bien entraîné et avoir assez d’endurance pour jouer comme ça pendant tout un concert ». Veldkamp partage les idées de quelques musiciens connus, comme le trompettiste Bill Adam et le tubiste Arnold Jacobs. « Ils pensent aussi que c’est surtout une question mentale et qu’il est essentiel de se faire une représentation mentale des notes pour le jeu d’un instrument à vent. »

Trompette : types, histoire et technique de jeu
Louis Armstrong

High blowing

Il est également possible de jouer des notes extrêmement aiguës sur une trompette, ce que l’on appelle du « high blowing ». « Une première trompette solo professionnelle devrait être en mesure de jouer un Sol3, mais certains savent jouer un Do4 ou même plus aigu. La technique de « high blowing », c’est excitant. Au niveau musical, je ne trouve ça pas vraiment intéressant. Je préfère entendre jouer Chet Baker un solo lyrique que les parties hurlantes de Jon Faddis dans un bigband ». Aujourd’hui, Wayne Bergeron, Eric Miyashuro et Jon Faddis sont les trompettistes les plus connus à utiliser la technique de « high blowing ». Maynard Ferguson, qui est décédé en 2006, est le plus connu des trois. Dans le morceau Gonna Fly Now, aussi connu comme le thème de Rocky I, il y a un célèbre passage de « high blowing ». La trompette, nous l’avons dit, est utilisée dans la musique classique, le jazz et la pop. Mais trouve-t-on des techniques de jeu spécifiques dans tous ces styles ? « Oui », dit Frank. « Il y a surtout une grande différence entre la musique classique et le jazz. La musique classique demande un son différent qui doit être riche et large. Dans le jazz, et surtout quand on joue de la première trompette solo, le son doit être plus concentré et contenir des harmoniques aiguës (sizzle). Il y a plus de compression et de pression de l’air derrière les notes, et la pression sur l’embouchure est également plus élevée. Ça demande une façon de respirer et une représentation mentale des notes différentes. Dans la musique classique, la première trompette solo utilise généralement la respiration abdominale. Les premières trompettes solo ont besoin de davantage de pression de l’air, c’est pourquoi ils respirent plus fort. Certains d’entre eux utilisent même des techniques de respiration empruntées au yoga. Notez que les premières trompettes solo utilisent une embouchure plus petite et moins profonde que les trompettistes classiques.

L’embouchure

Il existe une large variété d’embouchures pour trompette. Le choix d’une embouchure dépend du son que vous voulez. Le son peut être rond et riche ou bien tranchant et incisif. Sur les photos, vous voyez divers types d’embouchures.

Trompette : types, histoire et technique de jeu
Divers types d’embouchures pour trompette

Section de cuivres

Un trompettiste qui joue dans un groupe pop fait généralement partie de la section de cuivres. « Les Hey Horns, fondés par Jerry Hey, est un exemple d’une excellente section de cuivres », dit Erik Veldkamp. « Ils ont joué sur tous les albums de Michael Jackson et tous les autres morceaux produits par Quincy Jones. » Mais quelles sont les qualités d’un bon trompettiste jouant au sein d’une section de cuivres ? « Il faut savoir jouer ensemble. Une section de cuivres ayant trois, quatre ou cinq musiciens devrait jouer comme un tout, comme si l’on joue un accord sur un piano. Ça veut dire que tous les musiciens d’une section de cuivres doivent avoir un bon timing et savoir jouer correctement. Il faut aussi que les sons des musiciens soient adaptés les uns aux autres. Et un musicien jouant dans une section de cuivres doit savoir lire des partitions et jouer sans fautes dès le début, si possible. » D’après Veldkamp, beaucoup de musiciens faisant partie d’une section de cuivre habitent dans l’Est et le Sud des Pays-Bas. La plupart des cuivres du Metropole Orchestra viennent de l’Est du pays, tandis que le trompettiste Ruud Breuls vient du Sud-Est. Par contre, les cuivres solo orientés jazz viennent généralement de l’ouest des Pays-Bas. On voit souvent que les cuivres se fréquentent beaucoup et qu’ils aiment s’amuser. C’est sans doute à cause de l’univers de la fanfare dont ils font partie.

Toujours jouer à partir de partitions

Les cuivres, nous l’avons dit, jouent généralement à partir de partitions, ce qui embête certains musiciens. Les musiciens de la section rythmique jouent entièrement par cœur. Mais il y a une bonne raison pour cela. « La section rythmique apprend la base d’un morceau par coeur et celle-ci se répète tout au long du morceau. Une section de cuivres évolue au fil d’une chansons. Il n’y a que très peu de répétition. Ça sera beaucoup trop difficile d’apprendre tout par cœur, sauf si vous jouez toujours avec le même groupe et que vous jouez toujours les mêmes chansons. Mais ce n’est pas une option pour les cuivres qui jouent dans plusieurs groupes. Parfois il faut jouer une partie différente d’une chanson dans un autre groupe. Sans partition, vous risquez de tout mélanger. « Il y a d’autres erreurs que l’on voit chez les trompettistes jouant dans un groupe, sauf le fait de rater des notes aiguës ? « Oui, parfois ils n’ont pas écouté l’original et leur timing et leurs phrasés sont différents. Si vous êtes arrangeur, il est donc important d’inclure des symbole de phrasés (accents, tirets, points, etc.) pour faire savoir aux musiciens comment jouer certaines choses. Une partie doit être aussi claire que possible, surtout parce que les musiciens freelance voient la partition pour la première fois en concert.

Trompette : types, histoire et technique de jeu
Les trompettistes préfèrent utiliser les deux premiers pistons. Le troisième piston est plus difficile à atteindre, puisque les muscles de l’annulaire sont attachées à ceux du petit doigt.

Accordages différents

Les trompettes sont disponibles dans divers accordages. Dans les fanfares et dans la musique léger, on utilise généralement des trompettes en accordage Sib (B). Si vous jouez la note de Do (C) sur cet instrument, vous obtenez un Sib (un ton plus bas). Étant la plus grande variante disponible, la trompette en Sib délivre le son le plus riche. La plage de cette trompette.

Trompette : types, histoire et technique de jeu

Parce que la majorité des trompettistes jouent sur une trompette en Sib, surtout dans le jazz, la majorité des pièces pour les sections de cuivres sont écrites en Fa, en Sib et en Mib. Ce sont des gammes ayant un ou plusieurs bémols à la clef. Ces gammes sont relativement faciles à jouer pour les cuivres, ces derniers n’ayant besoin que d’utiliser les deux premiers pistons. Les pistons sont joués avec l’index et le majeur, deux doigts pouvant bouger facilement indépendamment l’un de l’autre. Des pièces ayant deux croix à la clef sont plus difficiles pour les cuivres, parce qu’elles demandent également l’utilisation du troisième piston. Ce dernier est joué avec l’annulaire. Les muscles de l’annulaire sont attachés aux muscles du petit doigt. On place généralement le petit doigt dans le crochet dédié, ce qui rend le mouvement de l’annulaire plus difficile. Voilà pourquoi certains trompettistes n’utilisent pas le crochet de petit doigt. Les cuivres utilisent généralement le moins possible l’annulaire, qui joue le troisième piston. Les compositeurs de musique classique tiennent compte des trompettistes. Ainsi, les trompettistes doivent souvent transposer des partitions. Cela veut dire qu’ils doivent jouer dans une tonalité différente que celle marquée. Heureusement, les trompettistes sont habitués à cela, ou ils prennent tout simplement une trompette piccolo accordée en La. Dans la musique pop, on voit beaucoup de gammes accompagnées de croix, car les guitaristes (ce sont souvent eux qui écrivent des chansons) aiment jouer en Mi ou en La.

Trompette :

Trompette : types, histoire et technique de jeu

Trompette piccolo :

Trompette : types, histoire et technique de jeu

Cornet :

Trompette : types, histoire et technique de jeu

Bugle :

Trompette : types, histoire et technique de jeu

La famille des trompettes

La famille des trompettes est assez grande, puisqu’il existe une trompette pour tous les accordages. La trompette piccolo est le plus petit modèle de la famille. On l’entend sur Penny Lane des Beatles, par exemple. Il y a deux cuivres similaires à la trompette qui appartiennent également à la famille des trompettes : le bugle et le cornet (voir les photos). La trompette, le bugle et le cornet se jouent de la même manière. Le bugle est plus grand et dispose d’un pavillon plus large (en forme conique), ce qui lui donne un son plus rond et chaud que la trompette. Conique veut dire que le tuyau s’élargit régulièrement, tandis qu’un tuyau cylindrique possède le même diamètre partout. Le cornet semble être plus petit qu’une trompette, mais son tuyau affiche la même longueur. Il a juste l’air plus compact et il a une forme plus conique. À cause de ces deux facteurs, sa forme semble être plus ronde que la trompette, mais moins ronde que le bugle. Il existe également la trompette à coulisse, qui dispose parfois de pistons. C’est un instrument assez rare.

Sourdines

On voit souvent des trompettes équipées de sourdines. Ces dernières permettent d’atténuer le son et de changer le timbre. C’est généralement le compositeur qui décide d’utiliser une sourdine. Pour accompagner une trompette solo et mettre en valeur son jeu, on utilise aussi souvent une sourdine. Les photos affichent divers types de sourdines. Les modèles les plus couramment utilisés sont la sourdine sèche, la sourdine bol, la sourdine harmon, la sourdine bucket et la sourdine plunger.

La sourdine sèche (appelée « straight » mute en anglais) est la plus vieille sourdine. Elle est surtout utilisée dans la musique classique.

Trompette : types, histoire et technique de jeu

Avec la sourdine plunger, vous pouvez obtenir un effet « do-wah » :

Trompette : types, histoire et technique de jeu

La sourdine harmon permet d’avoir un son clair et pénétrant. Miles Davis et Dizzy Gillespie font partie des musiciens connus qui l’ont utilisée. Le son « muted trumpet » est basé sur le son de Davis :

Trompette : types, histoire et technique de jeu

L’effet de la sourdine bol dépend de la marque :

Trompette : types, histoire et technique de jeu

La sourdine bucket est beaucoup utilisée au sein des bigbands pour avoir un son de trompette plus doux :

Trompette : types, histoire et technique de jeu

Écouter des trompettistes connus

Comment faire pour obtenir le meilleur de vous-même en tant que trompettiste ? ֿ« Faites vos recherches », dit Erik Veldkamp. « Il est important de connaître les noms des grands trompettistes d’antan et d’aujourd’hui (voir les cadres). Écoutez et regardez ces trompettistes jouer. Vous n’avez pas besoin de les imiter, il faut juste savoir d’où ils viennent. Pour moi, Jan Oosthof (la première trompette du Orchestre Metropole) est un grand exemple quand il s’agit du timing et des phrasés. D’autres exemples de trompettistes solo sont Snooky Young (du bigband de Count Basie) et Conrad Gozzo, qui a joué presque toutes les parties de trompettes pour Frank Sinatra. Gozzo sonne comme une trompette solo devrait sonner. Quels conseils Veldkamp peut-il donner aux trompettistes jouant dans un groupe pop ». Ils devraient écouteur les trompettistes les plus connus dans la pop. Écrivez exactement ce qu’ils jouent sur papier et écoutez comment ils le jouent. Faites surtout attention aux phrasés. Puis, essayez de jouer ce que vous avez écrit et de jouer ensuite par-dessus le morceau en question. Vous trouverez également des partitions sur Internet. Mais il vaut mieux analyser vous-même une partie, parce que cela est plus instructif ».

Trompette : types, histoire et technique de jeu

Bon à savoir

L’anatomie de la trompette

Une trompette est fabriquée à partir d’un alliage constitué en général de 70 % de zinc et de 30 % de cuivre. Plus elle contient du zinc, plus le son d’une trompette sera clair. Par contre, plus elle contient du cuivre, plus le son sera chaud. La majorité des trompettes sont des trompettes à pistons (voir la photo ci-dessus). La trompette naturelle est le modèle d’origine. On retrouve cet instrument encore aujourd’hui dans la musique classique. Une trompette naturelle ne permet que de jouer des sons naturels en utilisant certaines techniques de jeu. Plus les notes sont aiguës, plus les sons naturels seront proches les uns des autres. Les sons naturels sur une trompette accordée en Do (C) sont do-sol-do-mi-sol, etc. (soit la note fondamentale, la quinte juste et la tierce majeure). Grâce à l’invention du piston (voir le texte ci-dessus), il est possible de jouer de la trompette de manière chromatique (les douze notes de l’échelle chromatique), tout en conservant le même timbre pour toutes les notes. Un piston allonge légèrement le tube d’une trompette, ce qui permet de créer une petite dérivation de l’air. Plus le piston est long, plus le son d’une trompette sera grave. Une trompette est équipée de trois pistons. Le premier piston baisse le son d’une trompette d’un ton (un Do devient un Sib, un Sol devient un Fa). Avec le deuxième piston, le son est baissé un demi-ton. Enfin, le troisième piston permet de descendre le son un ton et demi. En combinant diverses techniques de jeu (lèvres, souffle et langue) et les pistons, un trompettiste est en mesure de jouer les douze notes qui forment l’alphabet de la musique occidentale.

Toujours plus fort

Le niveau sonore, mesuré en décibels, d’un trombone est plus élevé que celui d’une trompette. Toutefois, on trouve généralement qu’une trompette est plus forte et plus tranchante. En fait, l’oreille de l’homme perçoit tout simplement mieux les fréquences sonores produites par la trompette.

Les trompettistes classiques les plus connus

Maurice André (1933 – 2012) était un trompettiste français considéré comme l’un des trompettistes classiques les plus influents au monde. Il fait d’ailleurs partie des trompettistes piccolo les plus connus.

Timofeï Dokchitser (1921-2005) était l’équivalent russe de Maurice André.

Les trompettistes jazz les plus connus

Louis Armstrong (1901-1971), également connu sous le surnom de Satchmo, était un trompettiste et un chanteur de jazz. Il a joué un rôle essentiel dans l’évolution de la trompette en tant qu’instrument solo dans le jazz.

Dizzy Gillespie (1917-1993) était un pionnier du jazz et celui qui a introduit de la musique latine dans ce genre. Il se distinguait en particulier par sa trompette au pavillon incliné vers le haut et par ses joues gonflées à bloc.

Miles Davis (1926-1991) était un trompettiste et un compositeur. Il se distinguait par son style innovant et facilement reconnaissable. Son influence sur le jazz se fait encore sentir aujourd’hui.

Clifford Brown (1930-1956) avait une technique incroyable et savait improviser comme personne. Malgré sa courte vie (il est mort à l’âge de 25 ans) et sa brève carrière, il a eu une grande influence sur l’évolution de la trompette dans le jazz.

Freddie Hubbard (1938-2008) était un grand trompettiste et compositeur. Il a beaucoup expérimenté le free jazz, mais aussi la soul et le rock.

Maynard Ferguson (1928-2006) était un trompettiste prolifique surtout connu pour ses capacités dans le registre suraigu de la trompette.

Wynton Marsalis (1961) fait partie des trompettistes de jazz actuels les plus reconnus. Il se distingue par sa virtuosité, aussi bien dans le jazz que dans la musique classique.

Les trompettistes solo les plus connus

Conrad Gozzo (1922-1964) a joué de la trompette solo sur beaucoup d’albums, notamment sur ceux de Frank Sinatra et du compositeur Henry Mancini.

Al Porcino (1925-2013) a joué dans de nombreux bigbands, notamment dans ceux de Louis Prima, Gene Krupa et Count Basie. Jusqu’à 2009, il était leader de son propre bigband.

Buddy Childers (1926-2007) a joué pendant longtemps chez Stan Kenton.

Snooky Young (1919-2011) était un véritable maître de la sourdine plunger (voir l’article). Il a joué avec Count Basie, notamment.

Benny Bailey (1925-2005) a joué dans divers bigbands et a fait des tournées avec Dizzy Gillespie et Lionel Hampton. Il a vécu les dernières années de sa vie à Amsterdam.

Derek Watkins (1945-2013) était un trompettiste solo renommé qui a joué sur le morceau phare de James Bond. Il a également joué au sein de l’orchestre de James Last.

 

Wayne Bergeron (1958) est un trompettiste solo connu vivant à Los Angeles où il fait partie des trompettistes de studio les plus prolifiques.

Les trompettistes pop les plus connus

Jerry Hey, Gary Grant et Chuck Findley font partie des figures clés dans le monde de la pop et du R&B. Sur la grande majorité des morceaux pop contenant des cuivres, on retrouve un ou plusieurs des membres de ce trio connu. On peut entendre les jouer tous les trois sur la chanson suivante :

Voir également

» L’harmonica dans la soul et le funk – 10 morceaux
» La famille des cuivres : du registre le plus aigu au registre le plus grave
» Entretien des instruments à vent en cuivre

» Trompettes
» Cornets
» Trombones
» Tubas

» Sourdines pour trompette
» Stands pour instruments à vent
» Embouchures pour instruments à vent
» Étuis et housses pour instruments à vent
» Produits d’entretien pour cuivres
» Micros (dynamiques) pour instruments à vent
» Micros (à condensateur) pour instruments à vent
» Partition trompette
» Accessoires & pièces détachées pour instruments à vent

Pas de réponse

Pas encore de commentaires ...

Laisser un commentaire