En tant que musicien ou DJ mobile, vous savez sans doute que l’éclairage est indispensable pour créer une ambiance et une atmosphère inoubliables. Mais quel type d’éclairage choisir pour votre événement ? Projecteurs PAR, blinders, stroboscopes, effets moonflower et derby, lyres, scanners, lasers, lampes halogènes, LED… Le choix est tellement vaste que trouver le modèle adéquat à vos besoins devient souvent difficile. Dans ce blog, notre blogueur invité Bo va vous guider dans cet océan de possibilités !

Quel éclairage de scène choisir ?

Contenu

Avant-propos

  • Dans ce blog, je vais me concentrer sur les éclairages de scène adaptés pour une utilisation en soirée, en club ou en concert de petite à moyenne envergure.
  • Afin d’éviter les répétitions fréquentes du terme ‘lampe’, je vais également utiliser les mots ‘armature’ et ‘projecteur’. Ces deux termes renvoient au boîtier de la lampe, mais sont souvent employés pour désigner l’appareil en général.

Types d’éclairages de scène

Pour moi, les éclairages de scène peuvent être répartis dans les groupes suivants :

Éclairage statique (pas de pièces mobiles)

  • Projecteurs PAR
  • Blinders et stroboscopes

Jeux de lumière

  • Jeux de lumière traditionnels
  • Lyres et scanners
  • Lasers

Éclairage statique

Projecteurs PAR (halogènes) conventionnels

Projecteurs PAR (halogènes) conventionnels

Jusqu’à il y a quelques années, les projecteurs PAR étaient largement utilisés en discothèque. Aujourd’hui, ceux-ci ont été remplacés par des lampes à LED, mais ils n’ont pas totalement disparu grâce à quelques avantages évidents. En effet, en plus d’être plus abordables, les projecteurs PAR offrent une gradation continue jusqu’à 1 % du flux lumineux, ce qui s’avère souvent difficile à atteindre pour les LED. Quant aux inconvénients, les PAR convertissent environ 3,5 % de leur puissance électrique en lumière. Le reste est transformé en chaleur, ce qui peut poser des problèmes dans les espaces non adaptés aux hautes températures, ou lorsque vous travaillez avec une alimentation limitée. De plus, ils affichent une durée de vie relativement courte par rapport aux LED. Un PAR halogène a une durée de vie d’environ 1 000 heures, alors qu’une LED peut atteindre les 50 000. Dernier point : l’éclairage coloré requiert l’utilisation de filtres de couleur, ce qui réduit la luminosité.

Projecteurs 'PAR' à LED

Projecteurs ‘PAR’ à LED

Le mot ‘PAR’ est entre guillemets parce que le terme PAR à LED n’est pas tout à fait correct. Le mot ‘PAR’ réfère à PAR Can, terme plutôt employé pour désigner l’armature, ou bien le boîtier de la lampe. La technique et l’armature d’un PAR à LED ne ressemblent que très peu à celles d’un PAR halogène traditionnel. Cependant, le terme PAR à LED est tellement entré dans le vocabulaire commun que je vais continuer à l’utiliser afin d’éviter toute confusion. Le PAR à LED est d’ailleurs bien la raison pour la disparition des projecteurs PAR halogènes. Voici quelques avantages importants des PAR à LED par rapport aux PAR halogènes :

  • Ils sont efficaces. La perte de chaleur par rapport à la luminosité est négligeable.
  • Ils bénéficient d’un design compact.
  • Ils sont assez robustes. Un PAR halogène embarque une grande lampe en verre, ainsi qu’un filament qui peut se casser facilement dû aux chocs.
  • Vous disposez d’un grand nombre de couleurs dans un seul et même appareil.
  • Ils sont compatibles DMX, vous n’aurez donc pas besoin de gradateurs externes.
  • Ils ne génèrent pas de chaleur et peuvent donc être posés au sol sans avoir à vous soucier des incendies.

LED individuelles vs puces multi-LED

Il existe plusieurs types de PAR à LED : ceux avec des LED individuelles colorées (= la solution la plus économique) et ceux dotés de puces multi-LED capables de créer plusieurs couleurs. Prenez, par exemple, la puce TRI-LED (= RGB), QUAD-LED (RGBA ou RGBW) ou HEX-LED (RGBAW-UV). Les puces RGBW permettent de créer une lumière blanche pure grâce à la présence d’une LED blanche. Les puces RGBA, elles, peuvent fournir une lumière blanche chaude via la LED ambre. Les LED RGBAW-UV réunissent ces deux avantages, en plus d’une LED UV supplémentaire pour créer une lumière noire. À gauche sur les photos ci-dessous, vous voyez le Ayra ComPar 20 RGB, une armature TRI-LED (RGB). À droite, figure le Ayra ComPar 1, un projecteur doté de LED rouges, vertes, bleues, ambres et blanches individuelles. Vous pouvez reconnaître un projecteur à LED individuelles par son grand nombre de petites lampes (droite). Une armature à puce multi-LED ne propose qu’un petit nombre de lampes plus grandes (gauche). Comme vous pouvez le constater, cette dernière produit un mélange de couleurs plus fluide. Le Ayra ComPar 20 RGB (gauche) fournit une couleur magenta uniforme, alors que les couleurs rouge et bleu sont clairement reconnaissables chez le ComPar 1 (droite). Notons aussi que l’utilisation de LED individuelles engendre le phénomène qu’on appelle ombre RGB. Lorsque vous mélangez une couleur blanche avec des LED RGB, vous obtenez des ombres rouges, vertes et bleues. Cela est dû au fait que les couleurs individuelles viennent de différents endroits et tombent donc sur l’objet illuminé sous des angles différents. Cela peut être gênant lors d’un usage en théâtre ou pour l’éclairage architectural d’un mur à surface inégale. Vous ne serez pas confronté à ce problème lorsque vous utilisez une puce multi-LED, puisque celle-ci mélange toutes les couleurs dans le même endroit. Ma conclusion est donc que les armatures à LED individuelles sont parfaitement adaptées pour les soirées en petit comité. Les projecteurs à puce multi-LED, eux, sont idéals pour la location, les mariages et les concerts.

Puces multi-LED (gauche) vs LED individuelles (droite)

Puces multi-LED (gauche) vs LED individuelles (droite)
Puces multi-LED (gauche) vs LED individuelles (droite)

Différence en qualité mélange de couleurs, puces multi-LED (gauche) et LED individuelles (droite)
Différence en qualité mélange de couleurs, puces multi-LED (gauche) et LED individuelles (droite)

Ombre RGB
Ombre RGB

Barres à LED

Barres à LED

La seule différence entre un PAR à LED et une barre à LED est la construction de l’armature. En raison de sa forme, une barre à LED fournit une diffusion plus large de la lumière, ce qui la rend parfaitement adaptée pour l’éclairage de surfaces. J’aime suspendre les barres à LED en position verticale ; l’espace entre les différentes LED crée un effet agréable à l’œil. Certaines barres à LED, comme la Ayra Intenz 150CB ou la Ayra LED Tri-Bar 12 RGB, permettent un « pixel mapping » particulièrement précis, vous permettant de piloter chaque puce LED de manière individuelle. Ainsi, vous pouvez, par exemple, ajuster la couleur et le degré de gradation pour chacune des LED. Ceci n’est pas possible pour les PAR à LED, où toutes les puces font exactement la même chose.

Barres à LED

Stroboscopes et blinders

Stroboscopes et blinders

Ces deux effets sont principalement pensés pour agrémenter un changement de rythme comme, par exemple, le « drop » en musique électronique. Un blinder permet de créer un puissant flash de lumière, aveuglant ainsi le public pendant une courte période de temps. Un stroboscope fait plus ou moins la même chose, mais fournit des impulsions de lumière plus courtes. L’avantage d’un blinder à LED par rapport à un blinder halogène est que ce premier peut également faire office de stroboscope. Un blinder halogène ne le peut pas, parce que son filament nécessite un peu de temps pour chauffer (lors de la mise sous tension) et refroidir (lors de la mise hors tension). En résulte des effets de type « fade-in » et « fade-out », au lieu des flashes rapides qu’on attend normalement d’un stroboscope.

Jeux de lumière

Machines à fumée : un investissement judicieux

Avant d’entrer dans le vif du sujet, sachez qu’une machine à fumée (ou machine à brouillard / fazer) permet de mettre en valeur les faisceaux lumineux de vos jeux de lumière.

Jeux de lumière traditionnels

Ces jeux de lumière permettent de remplir un espace de lumières mouvantes. Le type d’effet le plus connu est le ‘derby‘. Cet appareil est composé d’un set de lampes mouvantes cachées derrière plusieurs rangées de lentilles. Le Ayra TDC 180 Derby LED en est un exemple. Un effet derby est le point de départ idéal pour les novices en la matière. Polyvalents, les derby peuvent également remplacer les boules à facettes – difficiles à monter en tant que DJ itinérant, par exemple – lors d’un slow (danse lente). Vous n’avez qu’à sélectionner une rotation lente via DMX pour remplir la pièce de petits carrés blancs se déplaçant lentement. Le moonflower, quant à lui, associe une rotation sur 360 degrés à des miroirs pour créer une explosion de petits points rotatifs. Une variante de cet effet s’appelle le goboflower. Celui-ci place un gobo entre la source lumineuse et les miroirs, ce qui permet d’obtenir des figures rotatives au lieu de points.

Effet derby
Effet derby

Effets moonflower et goboflower
Effets moonflower et goboflower

Lyres

Lyres

La lyre est une lampe qui s’utilise notamment dans les festivals et les soirées de grande envergure. Elle est équipée d’une tête mobile capable de bouger dans tous les sens et de projeter des gobos (= figures) et des couleurs. On sépare trois grandes familles : spot, beam et wash. Il existe également des modèles hybrides qui combinent ces trois effets, mais ils ne seront pas traités dans ce blog en raison de leur prix élevé. Les lyres spot se distinguent par leur large angle de faisceau, idéal pour la projection de gobos. Les gobos sont par ailleurs non seulement utilisés pour la projection de figures, mais aussi pour diviser la lumière issue de votre lyre en plusieurs faisceaux – éventuellement en combinaison avec de la fumée ou du brouillard – afin de créer un effet plus dynamique. Les lyres de type beam sont similaires aux spots, mais le faisceau est plus étroit et plus concentré, ce qui les rend parfaites pour les festivals. Certes, vous avez besoin de beaucoup de lyres beam pour remplir une pièce, mais l’effet est impressionnant. Les photos ci-dessous affichent une lyre beam (gauche) et une lyre spot (droite). Comme vous pouvez le voir, la lyre spot fournit des faisceaux de gobo de meilleure qualité. Cependant, en raison de son angle de faisceau plus large, l’effet disparaîtra plus rapidement. Le modèle beam représenté sur la photo présente un angle de faisceau tout à fait acceptable pour ce type de lyre. Les modèles plus coûteux peuvent atteindre un angle de faisceau de presque 0°. Enfin, la dernière catégorie rassemble les lyres wash. Leur qualités se rapprochent de celles des PAR à LED, puisqu’elles sont principalement pensées pour éclairer des surfaces et non pour créer des effets spectaculaires dans l’air. Les wash plus avancées offrent quand même une fonction zoom permettant de régler l’angle de faisceau.

Lyre beam (gauche) et lyre spot (droite)
Lyre beam (gauche) et lyre spot (droite)

Scanners

Scanners

Le scanner est le précurseur de la lyre. Si la lyre fait tourner l’armature dans son entièreté, le scanner projette la lumière sur un miroir en mouvement. L’inconvénient de ce principe est qu’il propose un angle d’inclinaison plus étroit par rapport aux lyres. En effet, ces dernières fonctionnent sur deux axes de rotation : pan et tilt. Comme les PAR halogènes, les scanners sont petit à petit en train de disparaître. Bien qu’ils soient souvent dotés d’une technologie LED moderne, ils ont l’inconvénient d’être larges et encombrants et d’offrir une liberté de mouvement limitée. Parmi les avantages des scanners par rapport aux lyres, on cite un prix moins élevé et des mouvements plus rapides.

Lasers

Lasers

Les lasers se caractérisent avant tout par leur possibilité de créer des faisceaux très intenses et concentrés, lesquels peuvent être contrôlés de manière ultra précise. Les lasers sont parfaits pour les clubs et les festivals, car les faisceaux laser dépassent largement la foule et englobent l’ensemble du public et non seulement les premières rangées. Comme c’est le cas pour les stroboscopes et les blinders, le laser est un effet idéal pour agrémenter certains moments. Les lasers peuvent être séparés en deux catégories : ceux avec moteurs pas-à-pas et ceux avec galvo. Les faisceaux des lasers galvo sont guidés par des miroirs qui se déplacent rapidement grâce à la vitesse de traitement élevée du moteur. Les lasers utilisant un moteur pas-à-pas pour déplacer le miroir ne peuvent qu’obtenir des vitesses lentes. Ce dernier type de laser convient donc uniquement lorsque vous l’associez à une machine à brouillard/hazer (voir les Astuces ci-dessous pour plus d’infos à ce sujet). Les miroirs des lasers galvo sont déplacés par des entraînements d’un galvanomètre, ce qui permet des mouvements précis à très grande vitesse. Polyvalents, les galvo peuvent donc non seulement être utilisés pour projeter des textes, des logos et des figures, mais aussi pour créer des effets visuels en soirée. Notez cependant que 1 watt de puissance laser n’est pas la même chose que 1 watt de puissance LED. En raison de ses faisceaux de lumière ultra concentrés, un laser de 1 watt (ou 1 000 mW) peut déjà endommager les yeux de façon irréversible en cas d’usage erroné.

Bonus-tips

Astuces

En bonus, deux petites astuces !

  • Astuce 1 : Vous souhaitez faire une impression professionnelle ? Optez pour un hazer (machine à brouillard) au lieu d’une machine à fumée. Cette dernière projette des panaches de fumée épaisse, ce qui ne témoigne pas d’une grande subtilité. Si vous voulez mettre en valeur les faisceaux de vos jeux de lumière, il faut mieux choisir un hazer ou un fazer (un hazer fonctionne sur un liquide à base d’huile minérale, alors qu’un fazer utilise le même liquide qu’une machine à fumée standard). Un hazer (ou fazer) est équipé d’un ventilateur qui permet à la fumée d’apparaître plus légère et moins opaque, mieux répartie.
  • Astuce 2 : Si vous voulez remplir une pièce de lumière, pas besoin d’acheter des dizaines de PAR à LED. Récemment, j’ai découvert le Ayra Intenz CB150, un modèle performant parfaitement à la hauteur de la tâche. Lors d’un usage à l’intérieur, je recommande de légèrement baisser l’intensité et de le suspendre en hauteur afin de ne pas diriger la lumière directement dans les yeux du public. Un PAR à LED peut éclairer une surface relativement petite, alors qu’un seul CB150 suffit pour l’éclairage d’une grande pièce, et ce à un prix intéressant. Sur la photo ci-dessous, vous pouvez voir qu’un seul CB150 suffit pour éclairer l’ensemble de notre jardin.

Ayra Intenz CB150

Vous avez des suggestions, des questions, ou vous souhaitez simplement partager votre opinion ? N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Voir également

» Comment réussir l’éclairage d’une soirée Halloween
» Quelle est la différence entre les câbles DMX et XLR ?
» Machines à fumée : 5 choses à faire et à ne pas faire pour prolonger la durée de vie
» Les lasers sont-ils des jeux de lumière dangereux ?

» Quel est le meilleur contrôleur d’éclairage DMX ?
» Quelle est la meilleure lyre ?
» Quel est le meilleur bloc de puissance ou switch pack ?
» Quelle est la meilleure machine à fumée, hazer ou fazer ?
» Quel est le meilleur laser ?
» Quel est le meilleur jeu de lumière LED ?
» Quels sont les meilleurs confettis ?

Pas de réponse

Pas encore de commentaires ...

Laisser un commentaire