Vous avez lu notre guide d’achat sur les peaux de batterie mais souhaitez-vous en savoir plus ? Le blog de cette semaine saura sans doute éclaircir certains points qui pourraient demeurer un peu flous. Vous saurez ainsi à quels types de son et de sensations vous attendre avec tel ou tel type de peau. Ces informations sont particulièrement importantes lorsque vous souhaitez votre propre kit de batterie personnalisé. Bien entendu, il sera certainement nécessaire de faire de nombreux essais, mais avec les informations contenues dans ce blog, vous devrait déjà y voir plus clair.

Peaux de batterie : Comment créer le son de batterie idéal ?

Développement de la peau

Qu’ils s’agisse de bovins, de chèvres ou d’autre animaux, par le passé leur peau était souvent employé comme matériau de fabrication pour instrument à percussion ! Le principal inconvénient des peaux animales est leur sensibilité à l’humidité et aux variations de température. Si vous passez d’un environnement chaud et sec à un environnement froid et humide, ceci se ressentira négativement sur le son et les sensations de jeu. C’est pourquoi le monde de la batterie a subi une véritable révolution dans les années 1950. Le mylar, un genre de polyester, s’est avéré particulièrement efficace pour la fabrication de peaux de tambour, en outre en raison de son insensibilité aux variations de conditions climatiques (d’où le nom Weather King !). Plus tard, un autre matériau a été révélé : le kevlar. Les deux ont été développés par DuPont, une société américaine qui est notamment responsable de l’arrivée du nylon, du téflon et du néoprène. Les feuilles de mylar et de kevlar peuvent être parfaitement combinées dans un même jeu et même sur un tambour. Par exemple, il est possible de choisir une peau de résonance en mylar et une peau de frappe en kevlar. La plupart des fûts de batterie disposent de modèles en mylar.

Les différentes peaux de batterie

Dans ce blog, nous souhaitons bien entendu mettre l’accent sur les peaux de batterie pour batteries acoustiques. (Les peaux mesh pour batteries électroniques et les peaux de percussion pour djembé, conga et bongo, par exemple, pourront être présentées dans un prochain blog). Les fûts d’une batterie acoustique comptent généralement deux peaux : une peau de frappe et une peau de résonance. Les deux ont une fonction bien distincte sur laquelle nous reviendront plus tard. Il existe des peaux simple et double. Celles-ci peuvent être claires (transparentes) ou assorties d’un revêtement. Vous devrez donc tenir compte de toutes ces caractéristiques lors du choix d’une peau de batterie, de même que de son épaisseur. L’épaisseur des peaux est indiquée en « mil » – un mil étant égal à un millième de pouce. Il existe des peaux spécialement conçues pour les caisses claires et les toms, mais, sauf indication contraire, elles sont généralement interchangeables.

Mylar et Kevlar

Le mylar est un matériau très robuste utilisé pour l’isolation, l’emballage et même pour la fabrication de matériels dans le domaine de l’aérospatial ! Les peaux de batterie Mylar peuvent être à un ou deux plis et proposent un son de base transparent. Entendons par là que les peaux en mylar sonnent neutre – elles travaillent de concert avec le bois du fût pour créer un son le plus naturel possible. Le kevlar – matériau utilisé dans les gilets pare-balles, par exemple – est un peu plus rigide que le mylar. Parce qu’une peau en kevlar résonne moins librement, le son sera plus stable. Avec ces peaux, le son émis par la peau aura tendance à être plus marqué et laissera donc un peu moins de place au son émis par le bois du fût. Une application bien connue des peaux en kevlar concerne les tambours de marche. Un choix populaire expliqué par le fait qu’elles peuvent supporter des tensions très élevées.

Peau de frappe et peau de résonance

La peau supérieure d’un fût s’appelle la peau de frappe. Elle peut être mat, transparente, simple ou double. C’est elle qui est responsable de l’attaque et du timbre. Lorsque vous la frappez, elle agit sur la peau de résonance via le mouvement d’air qui s’opère à l’intérieur du fût. En raison de l’utilisation intensive des peaux de frappe, il est judicieux de les remplacer régulièrement. La peau inférieure est la peau de résonance. Celle-ci veille à ce que l’air à l’intérieur du fût « rebondisse » en quelque sorte jusqu’à la peau de frappe, de sorte que l’ensemble résonne au mieux. L’influence de la peau de résonance est clairement perceptible sur les toms et les toms basses en particulier. Essayez de donner à vos toms un son différent en réglant uniquement cette dernière, sans toucher à la peau de frappe – vous constaterez que cela a souvent plus d’effet qu’on ne pourrait l’imaginer de prime abord. Par leur fonction, les peaux de résonance sont moins sensibles à l’usure, mais n’oubliez pas de les remplacer de temps en temps. Dans la vidéo suivante, vous pourrez clairement voir la relation entre les deux peaux, ceci au ralenti :

Peaux simples

Les peaux de batterie les plus couramment utilisées sont des peaux à un seul pli. On peut immédiatement penser aux modèles transparents qui semblent plus fins, mais les peaux simples peuvent aussi disposer d’un revêtement. Les modèles les plus connus sont probablement les peaux Remo Ambassador. Ces peaux de batterie sont très polyvalentes et conviendront par conséquent à la plupart des genres de musique. Les peaux simples ont souvent une épaisseur comprise entre 5 et 10 mils, bien qu’il existe des exceptions. En pratique, plus la peau est fine, plus le son est clair et une peau fine a généralement moins de sustain, mais plus de nuances harmoniques qu’une peau épaisse. Les peaux simples peuvent aussi être plus difficiles à ajuster si vous avez peu d’expérience.

Peaux doubles

Comme leur nom l’indique, les peaux doubles sont constituées de deux plis (ou deux couches). Sauf exception, les deux plis ont la même épaisseur – environ 7 mils généralement. L’épaisseur totale d’une peau double est donc d’environ 14 mil en moyenne. On trouve souvent une mince couche d’huile entre les deux plis – et c’est de là que vient le terme « à bain d’huile » utilisé couramment par les batteurs. Les feuilles à double plis ont plus d’attaque et un son plus chaud et plus profond avec moins de sustain que les peaux à un seul pli. Ils sont également un peu plus durables, ce qui les rend idéales pour les genres de musique et les styles de jeu les plus rudes. Lors de l’installation de ce type de peaux, il est important de savoir que de nombreuses peaux doubles de chez Remo disposent d’une couche adhésive qui doit être « craquée ». Pour ce faire, posez la peau sur le fût et serrez les tirants afin de la tendre au maximum. Appuyez ensuite manuellement et vigoureusement sur la peau – un peu à la manière d’un massage cardiaque bien appuyé ! Vous entendrez alors de nombreux craquements. Surtout la première fois, cette opération peut être un peu effrayante puisqu’il est facile de craindre d’avoir endommagé la peau. Cependant, cette étape est nécessaire afin que la peau puisse correctement être ajustée sur le fût.

Peaux transparentes et peaux sablées (« coated »)

La finition d’une peau de batterie a une influence majeure sur le son qu’elle va donner. Une peau transparente produit, par définition, un son clair. Par rapport à une peau sablée (ou « coated »), elle résonnera davantage et offrira une meilleure attaque. Les peaux sablées affichent plus de masse en raison du revêtement dont elles disposent, ce qui en pratique signifie qu’elles se déplacent moins librement. Le revêtement agit comme une sorte d’amortisseur. C’est pourquoi les peaux sablées ont souvent un son plus concentré et moins nuancé. Il existe néanmoins différents types de revêtements, notamment les revêtements lisses et sablés, mais également les revêtements incorporés dans la peau elle-même. Les peaux de batterie Smooth White en sont un exemple bien connu. Plus le revêtement est rugueux, plus l’atténuation et le son deviennent chauds.

Atténuateurs

Certaines feuilles ont un système d’atténuateur intégré qui élimine d’emblée les harmoniques les plus fortes. Il est souvent plus facile d’accorder ces peaux que celles qui ne contiennent aucun type d’atténuateur. Certaines peaux de tom et de caisse claire comprennent un deuxième anneau transparent à l’intérieur. C’est également souvent le cas des peaux de grosse caisse. Les peaux avec un atténuateur « Dot » (pour « point » en français) sont également connues. En plus de supprimer les harmoniques et de rendre le ton plus concentré, un « Dot » fournit également une épaisseur supplémentaire à la peau, ce qui en réduit la capacité de résonance. Il existe aussi des peaux disposant de très petits trous le long du bord, ce qui a également pour effet de considérablement réduire les harmoniques. En plus de ces différents atténuateurs intégrés trouvables sur les peaux de batterie, vous pouvez également utiliser des atténuateurs externes en anneaux ou sous la forme de coussinets voire, dans le cas de votre grosse caisse, d’autocollants. N’utilisez pas de ruban adhésif ni d’autres solutions non conçues spécialement pour les peaux de batterie au risque de les endommager !

Jouer avec des balais

Lorsque vous jouez avec des balais, il est important que vous utilisiez des peaux sablées. Pour obtenir un son agréable, les balais ont besoin de résistance lorsque vous les frottez sur la peau. Une peau lisse et claire donne très peu de résistance tandis qu’une peau à revêtement rugueux offre la texture idéale. Toutefois, sachez qu’une peau neuve donnera lieu à un son souvent trop marqué et devra être un peu rodée avant d’être parfaitement au point. Notez que les anneaux amortisseurs externes ne sont pas recommandés lorsque vous jouez avec des balais. Si vous souhaitez utiliser une peau avec un « Dot », choisissez un modèle excentré pour davantage de confort.

Remo vs. Evans

Le revêtement est une différence importante entre les deux leaders du marché. En général, on pourrait dire que Remo a une philosophie un peu plus traditionnelle et Evans est plus attaché aux techniques modernes. Les peaux Remo ont généralement une attaque plus franche mais aussi davantage de volume et elles colorent moins le son naturel des fûts que les peaux Evans. Les peaux Evans sont généralement un peu plus faciles à accorder, mais elles ont un son moins prononcé et unique. Le revêtement des feuilles d’Evans est à peine usé, ce qui peut être agréable – à moins de jouer avec des balais (voir le paragraphe ci-dessus).

Enfin

Il est conseillé d’essayer différents types de peaux et, en particulier, d’expérimenter avec des ambiances et styles de jeu différents. La combinaison de la bonne peau de batterie avec le bon style est la clé pour trouver le son de batterie idéal !

Voir aussi

» Peaux de batterie
» Amortisseurs
» Pièces pour la batterie électronique
» Outils de batterie
» Quelle est la meilleure peau de batterie pour moi ?

Pas de réponse

Pas encore de commentaires ...

Laisser un commentaire